Site officiel de la Mairie de TURENNE
TURENNE

Le Mot du Maire

Il est d’usage de commencer une année par des vœux, et je vais le faire, mais en tant qu’élu de la République, et Maire d’une commune rurale, je crois nécessaire de revenir sur ce que vit aujourd’hui notre pays.
 

L’année 2018 s’est terminée dans un contexte social et politique difficilement prévisible. Mis à part quelques prophètes autoproclamés, à la crédibilité sans cesse en défaut, personne n’avait vu arriver un tel « ouragan ».

La vision apocalyptique des Champs-Elysées, les dégâts subis par quelques grandes villes, le mépris affiché pour les symboles de la République, que nous venions d’honorer, tels la tombe du soldat inconnu et la statue de la Marseillaise, ont perturbé un grand nombre d’entre nous. Certes, il faut prendre du recul par rapport au matraquage incessant d’images toujours plus « spectaculaires » par les chaînes d’info en continu. Mais, je tiens à le rappeler et l’affirmer, rien ne peut justifier un tel climat de violence et des appels à l’insurrection.

Le Président de la République s’est exprimé solennellement avec des mesures fortes, rapidement traduites en actes par le Parlement, pour renouer le lien républicain entre tous les Français. Il le fallait vraiment.

Suffisantes pour certains, insuffisantes pour d’autres, elles n’en demeurent pas moins un effort considérable pour les finances publiques, c’est-à-dire pour nous, contribuables, auquel s’ajoutera la couverture de toutes les déprédations. Quand les casseurs comprendront-ils que tout équipement public détruit pèse sur le patrimoine commun et que nous devrons le remplacer à nos frais, et que tout équipement privé  à reconstruire entraîne une hausse du coût des assurances ?

J’éviterai de parler des politiques qui, aux deux extrémités de l’échiquier, ont pour seul objectif, dans leur seul intérêt à court terme, de « pourrir » la situation pour en récupérer « les graines électorales ».  C’est triste, mais ce n’est pas une surprise !

J’ai été beaucoup plus scandalisé et choqué par l’attitude irresponsable d’actuels ou d’anciens chefs de partis dits « de gouvernement ». Certes le rôle de l’opposition est de s’opposer, mais jusqu’où ne pas aller trop loin quand la cohésion du pays peut être en jeu ? Certains ont largement franchi les bornes de la décence même s’ils ont ensuite fait profil bas. L’amertume, la soif de revanche n’ont jamais été des moteurs très efficaces dans le temps.

Faut-il rappeler que l’outil de la démocratie est le bulletin de vote et non le pavé ? Et la participation aux institutions ? Combien parmi ces protestataires vont accepter de faire partie d’un conseil municipal, combien sont engagés dans la vie des partis politiques, des associations, des syndicats, quels qu’ils soient ?
 

En tout état de cause, à notre modeste niveau, depuis le 12 décembre, un cahier de doléances est à la disposition des Turennois à la mairie pendant les heures d’ouverture.

Par ailleurs, je me tiens à la disposition de tous ceux qui le souhaiteraient pour faciliter l’organisation, dans les meilleures conditions possibles, de réunions dans le cadre du grand débat national qui va se dérouler (mise à disposition de salles, ou autre attente…).
 

Revenons à notre quotidien… L’année 2018 a encore une fois permis de traiter de très nombreux dossiers. Visibles et invisibles, dossiers matériels et immatériels, ombre et lumière : des mots qui pourraient quotidiennement qualifier le travail du conseil municipal et plus particulièrement cette année.
 

La restauration du bâtiment de l’ancienne poste, que l’on vous propose d’appeler désormais « le cellier » dans la mesure où, par le passé, la maison et sa cave voutée ont abrité un marchand de vin, est désormais terminée. Cet espace ne restera pas longtemps vide : nous attendons des propositions. Mieux encore, l’appartement à l’étage est éclairé le soir… signe qu’il est occupé. Depuis combien d’années ne l’avait-il pas été ?
 

La « grangette » est également restaurée : La gestion de ce local a été confiée aux associations par notre collectivité, qui en assure les coûts. Une clé a été remise à chaque président le 23 novembre lors de l’inauguration. Cet équipement complète la remise en état de l’ensemble patrimonial de la Grange Rouge.
 

Ce qui est moins connu (voire reconnu…), ce sont les dossiers immatériels, pourtant essentiels au bon fonctionnement de la commune, qui nécessitent un temps de préparation considérable avant de pouvoir vous être présentés. Ils sont au nombre de quatre.
 

Le PLU, commencé en mai 2014, a été définitivement approuvé le mercredi 19 décembre par le conseil municipal. C’est l’aboutissement d’un long, précis et détaillé travail d’analyse préalable de notre commune, sous toutes ses facettes, avant de pouvoir définir des orientations d’aménagement pour la prochaine décennie. Des dizaines de réunions d’élus avec le bureau d’études et les services de l’Etat ont jalonné ce long processus. Les documents de travail, au fur et à mesure de leur avancement, ont toujours été mis à votre disposition. De multiples demandes d’informations individuelles et deux réunions publiques ont permis de répondre à vos interrogations. Si l’enquête publique n’a enregistré que 15 requêtes, dont la moitié portait sur des modifications de zonage, c’est sans doute que le travail d’explication en amont avait été utile et efficace.
 

La mise à niveau complète de la gestion du cimetière. La mémoire vivante de sa connaissance disparait peu à peu. Une gestion moderne, rigoureuse et informatisée s’impose pour ce lieu où nos histoires familiales et nos racines reposent. Nous nous devons de mettre en place les outils permettant de sauvegarder cette mémoire pour les générations à venir. L’état des lieux est terminé, la mise en forme et les outils de gestion sont en cours d’installation. Il n’est pas encore trop tard pour que vous complétiez le questionnaire mis à votre disposition aux entrées du cimetière à Toussaint.
 

L’adressage, il passe d’abord par une dénomination précise de toutes les voies de la commune qui conduisent à une habitation, jusqu’à la plus petite impasse. Après deux réunions de travail pour définir les noms des routes principales, Jacques LEVARD s’est attelé à la tâche titanesque de l’affiner et de transcrire le nom de toutes les voies sur la cartographie informatisée (SIG). Ce projet a été validé par le conseil municipal le 19 décembre. Pendant deux mois, vous pourrez venir le consulter en mairie et faire éventuellement des observations. Après quoi, nous devrons définir la numérotation (métrique) de chaque habitation qui deviendra alors votre adresse définitive. On n’est pas encore au bout du chemin…
 

L’archivage, mémoire technique et humaine de la Commune, est aujourd’hui à jour, et géré conformément aux textes réglementaires. Une inspection des services de l’Etat, tout dernièrement, nous a confirmé que cet aspect de nos responsabilités, totalement invisibles et pourtant indispensables, était parfaitement pris en compte par la Municipalité.
 

Au  nom du conseil municipal et de moi-même, nous vous présentons tous nos vœux de bonheur, de réussite mais aussi, et peut-être avant tout, de bonne santé pour cette nouvelle année.
 

Yves GARY

Maire de Turenne



Visite de Turenne

Dix étapes de découverte ! Parcourez les chemins et construisez votre circuit ...

Animations à Turenne