Site officiel de la Mairie de TURENNE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Vicomté de Turenne





La Vicomté de Turenne

Une butte imprenable

La situation topographique privilégiée et la configuration du relief, qui font de la butte de Turenne un site défensif quasi imprenable, expliquent en partie la fondation de la cité. 
A 320 m d'altitude, la plate-forme sommitale longue de 260 m sur 60 m de large, est délimitée par une falaise calcaire formant l'enceinte naturelle de la forteresse. 
Cette butte isolée, surmontée de ruines altières domine de plus de 160 m la vallée de la Tourmente.

La Vicomté de Turenne

Verrou de l'Aquitaine

La vicomté se trouve donc aux marges de quatre provinces, le Limousin et le Quercy, l'Auvergne et le Périgord, et malgré la faible taille de leur domaine, les vicomtes jouent un rôle décisif dans les conflits qui déchirent l'Aquitaine.
Capitale de la Vicomté, Turenne surveille un vaste territoire qui s'étend vers l'est jusqu'aux monts d'Auvergne.
Au sud, la vieille route des marchands et des pèlerins, qui traverse la forêt, n'échappe pas aux regards des sentinelles qui guettent du haut de la Tour César. (voir page sur la Forêt de Turenne)
C'est la route de Paris à Toulouse, qui passe par Nazareth à quelques kilomètres et l'Hôpital St Jean, utilisé jusqu'au XVII ème siècle.
La Vicomté contrôle aussi la vallée de la Dordogne depuis le Haut Limousin jusqu'au Périgord dans la traverse du Quercy.
C'est un axe de circulation de l'Aquitaine à l'Auvergne.

La Vicomté de Turenne

Grand nom de l'aristocratie française

Il y a un site castral à Turenne avant l'an mil et donc des seigneurs : les Rodulphiens, venus du Quercy.
Ensuite, vers l'an 1000 apparut la lignée des Comborn-Turenne. Ils fondent une dynastie de Vicomtes qui se maintient à Turenne jusqu'au début du XIVème siècle.
Au XIIème siècle, Raymond II acquiert des terres en Quercy au delà de la Dordogne. La Vicomté compte alors sept villes et une centaine de paroisses.
Après les Comborn, vinrent les Comminges au XIVème siècle, puis les Roger de Beaufort durant la guerre de cent ans. Parents de deux Papes d'Avignon, Clement VI et Gregoire XI, ils mettent la vicomté sous leur protection.
Les seigneurs de la Tour d'Auvergne leur succèdent de 1444 à 1738. D'Henry Ier de la Tour est né le célèbre Maréchal de Turenne, fils cadet inhumé aux Invalides (1611-1675).

Les privilèges de la vicomté

De l'ascendant que lui donne sa positon géographique, la vicomté tire de substantiels avantages. Ces privilèges furent accordés par les rois d'Angleterre et de France.
Le vicomte lève des troupes, bat monnaie, anoblit ses fidèles serviteurs, et ne dépend que du Roi. Ses sujets ne paient pas l'impôt du roi, ne logent pas ses soldats, et s'assemblent chaque années pour voter des subsides à leur vicomte.
Jusqu'au rachat du domaine par le roi Louis XV en 1738 la vicomté était ce que l'on appelle aujourd'hui un paradis fiscal, pratiquement autonome de l'autorité des Rois de France, possédant même le droit de réunir des États. Ces libertés suscitent l'envie de leurs voisins et le dépit des fonctionnaires royaux. Ne dit-on pas " fier comme un viscomtin " ?
Voir la page consacrée aux privilèges accordés aux habitants de la Vicomté.
La Tour César, seul vestige du XIII ême siècle, témoigne de ces temps féodaux où les vicomtes allaient aux croisades, et combattaient avec leurs voisins.



Dans la même rubrique :
< >